Réduire les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont des produits chimiques qui interfèrent avec le fonctionnement normal du système endocrinien, un réseau complexe qui régule la production d'hormones dans le corps humain.

Ces perturbateurs peuvent imiter ou bloquer les hormones, perturbant ainsi les processus typiques du corps, tels que la croissance, le développement et la reproduction. Ils sont répandus dans divers articles du quotidien, notamment les bouteilles en plastique, les boîtes de conserve en métal, les détergents, les retardateurs de flamme, les aliments, les jouets, les cosmétiques et les pesticides. Les effets sur la santé de l'exposition aux perturbateurs endocriniens sont divers et potentiellement graves. Il est donc important de comprendre et de gérer ces risques.

1. BPA et plus communément : BPS

Il est important de noter que même si les plastiques sans BPA sont désormais largement disponibles, bon nombre de ces produits peuvent encore contenir une variété de composés ayant des propriétés perturbatrices des hormones.

Certains des composés œstrogéniques les plus couramment présents dans le plastique sont le bisphénol A (BPA), le bisphénol S (BPS) et les phtalates. Des études ont montré que l'exposition à ces composés peut perturber la fonction endocrinienne et est associée à un large éventail de problèmes de santé tels que l'infertilité, les problèmes de reproduction, l'obésité et certains cancers.

Évitez particulièrement les aliments chauffés ou « marinés » dans du plastique.

Cela signifie éviter les dîners télévisés, les aliments en plastique cuits au micro-ondes, l'eau en bouteille, les viandes emballées et autant d'autres aliments jetables emballés dans du plastique qui touchent le plastique avant de pénétrer dans votre corps.

Évitez les aliments en conserve : depuis des décennies, ces boîtes en acier ou en aluminium sont recouvertes de plastique. Choisissez d’acheter des aliments en conserve dans des bocaux ou économisez encore plus d’argent en utilisant les vôtres dans des bocaux Mason.

Essayez plutôt ceci : consultez votre boucher local, votre marché de fruits de mer, votre marché de producteurs ou tout autre type d'entreprise de la ferme à la table à proximité. Plus vous pouvez obtenir d’articles localement, moins ils toucheront de plastique.

Une autre chose que beaucoup d'entre nous ne réalisent pas est l'utilisation de déchets plastiques électroniques ou même de plastiques recyclés : ces articles contiennent plus de toxines que le plastique seul.

Cela peut inclure des ustensiles de cuisine en plastique noir, des récipients à emporter, des agitateurs à café, des couvercles à café et même des couvercles de récipients à boissons chaudes réutilisables. Pire encore, nous utilisons la plupart du temps du plastique noir en combinaison avec des objets chauds.

Les plastiques noirs sont souvent fabriqués à partir d’équipements électroniques recyclés, qui contiennent des retardateurs de flamme et d’autres substances toxiques qui agissent comme perturbateurs hormonaux. Même à des niveaux très faibles, ces produits chimiques toxiques peuvent causer de graves problèmes de reproduction et de développement, empoisonner le cerveau et les reins, perturber la fonction thyroïdienne humaine, affecter le développement et provoquer des dommages neurologiques à long terme.

Les systèmes de recyclage ont du mal à détecter le plastique noir, ce qui entraîne une augmentation du nombre de déchets aboutissant dans les décharges, contribuant ainsi à la pollution de l'environnement. Enfin, lorsque le plastique noir se décompose, que ce soit dans les décharges ou dans l'environnement, il peut libérer des produits chimiques nocifs, tels que des œstrogènes, dans l'environnement, posant ainsi des risques potentiels pour la santé des humains et de la faune.

Essayez plutôt ceci : utilisez du bois/de l'acier inoxydable dans toutes les situations possibles, en particulier avec des liquides et des aliments chauds. Demandez des alternatives (ou apportez les vôtres) si vos entreprises locales proposent uniquement leurs produits dans des contenants en plastique noir.

2. Moins de viande rouge et éliminer les aliments non biologiques

La consommation de viande peut augmenter par inadvertance les niveaux d’œstrogènes dans le corps, en grande partie à cause des pratiques industrielles utilisées dans l’élevage du bétail. Souvent, les animaux destinés à la production de viande reçoivent des hormones, notamment des œstrogènes, pour accélérer leur croissance et augmenter leur taille.

Toutefois, ces substances ne restent pas confinées à l’organisme de l’animal. Ils s'infiltrent dans l'environnement par les déjections animales et peuvent contaminer les sols et les ressources en eau, entraînant une pollution œstrogénique généralisée. Cela pose un risque non seulement pour la faune sauvage, qui peut subir des perturbations de sa reproduction et de son développement en raison de ces hormones, mais également pour les populations humaines qui dépendent de ces sources d'eau. En outre, les pratiques agricoles impliquant l’utilisation de pesticides et d’engrais œstrogéniques aggravent encore ce problème.

Lorsque nous consommons cette viande, nous absorbons indirectement ces hormones, perturbant potentiellement l’équilibre hormonal naturel de notre corps. De plus, les cellules adipeuses présentes dans la viande peuvent produire des œstrogènes, et un régime riche en graisses, qui comprend souvent une consommation importante de viande, peut entraîner une augmentation des niveaux d'œstrogènes. Il est donc important de choisir lorsque cela est possible des variétés de viandes maigres et sans hormones, et d’équilibrer notre alimentation avec des aliments d’origine végétale pour maintenir l’équilibre hormonal.

Les produits non biologiques ne contiennent peut-être pas d’œstrogènes en soi, mais ils peuvent souvent contenir des pesticides qui agissent comme des perturbateurs hormonaux. Ces pesticides peuvent imiter ou interférer avec les hormones du corps, notamment les œstrogènes, entraînant ainsi un déséquilibre et une perturbation potentiels. Beaucoup de ces composés chimiques sont connus sous le nom de xénoestrogènes, ou œstrogènes étrangers, et leur structure est similaire à celle des œstrogènes naturels. Cela leur permet de se lier aux mêmes récepteurs du corps humain et d’interférer avec le fonctionnement normal du système hormonal.

Par conséquent, même si les produits non biologiques ne contiennent pas d’œstrogènes, l’utilisation de certains pesticides dans les pratiques agricoles non biologiques peut introduire dans ces aliments des substances ayant des effets similaires à ceux des œstrogènes. C’est une autre raison pour laquelle opter pour des produits biologiques et sans pesticides peut être un choix plus sain pour maintenir l’équilibre hormonal.

Essayez plutôt ceci : choisissez des viandes et des légumes biologiques sans hormones. Sachez que même certains fruits et légumes biologiques à l’épicerie contiennent encore des pesticides. Assurez-vous de bien nettoyer avant consommation. Si possible, optez également pour d’autres choix d’aliments biologiques.

3. Votez avec votre dollar, achetez des vêtements sans hormones

Saviez-vous qu'en 1993, une étude a montré que le tissu de sous-vêtements en polyester provoquait une chute du nombre de spermatozoïdes et un risque accru de fausse couche ?

De même, en 1992, une étude des National Institutes of Health a montré que les sous-vêtements en polyester sont un contraceptif à 100 % pour les hommes. Comme il est alarmant de constater qu'aujourd'hui, dans de nombreux magasins de vêtements abordables, il est difficile de trouver des options sans polyester.

Les vêtements en polyester ont également un impact profondément négatif sur l’environnement pour diverses raisons. Pour commencer, le polyester est un produit à base de pétrole, ce qui signifie que sa production dépend de l’extraction de pétrole brut, une ressource non renouvelable.

Malheureusement, ce n'est pas seulement du polyester. Il est préférable d'éviter autant que possible les tissus synthétiques, en raison des nombreux produits chimiques utilisés dans le processus de création. Non seulement cela, mais ils contribuent au « cercle de déséquilibre hormonal » dans notre environnement lorsque les toxines reviennent vers nous en aval.

Les tissus synthétiques à éviter sont le polyester, la rayonne, le lyocell, le spandex, le nylon, l'acétate, l'acrylique et tout tissu en plastique recyclé.

Recherchez le coton, la soie, le chanvre, le cuir, la laine, le lin, le mérinos, le cachemire, l'alpaga, le lin et même l'ortie.

Si vous recherchez une option pour modifier progressivement vos choix vestimentaires, remplacez tout ce qui touche directement votre peau lorsque vous transpirez pour la première fois. Cela peut inclure des sous-vêtements, des chaussettes, des soutiens-gorge, des hauts et des vêtements de nuit. Gardez à l’esprit que de nombreux vêtements de nuit bon marché peuvent également contenir des retardateurs de flamme.

Cela peut être intimidant au début, car ces objets peuvent être très prolifiques dans notre environnement quotidien. Cependant, les petits changements s'additionnent vraiment, tout comme les nombreuses formes de « déséquilibre » qui nous surviennent au fil du temps. Nous pouvons inverser la tendance et rétablir l’équilibre, un choix à la fois.